Plusieurs substances toxiques retrouvées dans l’alimentation des bébés

Publié le 03 octobre 2016 par la Rédaction dans la catégorie Santé

Une étude récente a montré la présence de plusieurs substances polluantes, tels que des métaux lourds et des pesticides dans l’alimentation des enfants moins de tois ans. C’est l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) qui a mené cette enquête de grande envergure afin de vérifier la conformité des aliments consommés par les bébés.

Les résultats de cette étude montrent qu’il n’y a pas que de bonnes choses dans les petits pots. En effet, 670 contaminants ont été identifiés parmi les nombreux produits alimentaires testés, dont une dizaine sont considérés comme dangereux pour la santé.

La présence de métaux lourds

Cette vaste enquête a duré six années, et les résultats ont été publiés le mercredi 28 septembre dernier. Dans le cadre de son étude, l’Anses a effectué des analyses approfondies sur 5 484 produits pour enfants en bas-âge présents sur le marché. Les résultats ont dévoilé la présence de 670 substances préoccupantes, dont 16 sont particulièrement dangereuses pour la santé des jeunes enfants.

4948502_6_171a_le-bisphenol-a-est-desormais-interdit-en_7bd074f3aed8aaa654714d48bcad0a84

L’Anses a identifié la présence de trois métaux lourds qui dotés d’un niveau toxicité est assez élevé. En effet, il est possible de trouver de l’arsenic dans les produits tels que le riz, les céréales infantiles, ainsi que les petits pots à base de légumes et de poissons. Le nickel, quant à lui, est présent dans les produits alimentaires à base de chocolat, pourtant très apprécié par les femmes enceintes. Et le dernier métal toxique identifié dans les légumes et l’eau n’est autre que le plomb. A part ces métaux lourds, beaucoup de produits alimentaires sont aussi porteurs de dioxines, et de polychlorobiphéniles (PCB).

Malgré des mesures de conformité alimentaire, d’autres substances polluantes se mélangent aussi dans l’alimentation infantile. Effectivement, des toxines issues de moisissures ont également été découvertes dans certains produits. Parmi elles, on retrouve l’acrylamide, qui est une substance toxique qui se forme lors d’une cuisson à haute température. Cette substance est considérée comme cancérigène, tout comme le furane.

Les recommandations de l’Anses

Avec tous les produits alimentaires compromettants qui fourmillent sur le marché, il est difficile d’en stopper la consommation. Toutefois, l’Anses a exposé quelques recommandations afin de réduire  l’exposition des bébés à ces substances toxiques. Pour les bébés moins d’un an, l’agence recommande de bannir à jamais le lait courant. En effet, le lait courant constitue une source d’exposition importante aux dioxines et aux PCB. En revanche, il est préférable d’opter pour des préparations infantiles ou laits pour nourrisson à reconstituer, pour minimiser le risque d’exposition.

metaux-lourds-et-pcb-dans-l-alimentation-des-enfants-de-0-3-ans

Malgré la présence de dioxines et de PCB dans les poissons, ces derniers sont essentiels dans le développement de l’enfant. C’est pour cela que l’Anses recommande la consommation de poissons deux fois par semaine. Toutefois, il est conseillé de varier, de temps en temps, les espèces et les techniques d’approvisionnement, en intercalant les produits issus de la pêche par ceux issus de l’élevage. Selon l’Anses, la consommation de ces substances est inévitable. Cependant, il est préférable de diversifier le régime alimentaire des jeunes enfants afin d’amoindrir leur niveau d’exposition, et qu’ils ne consomment pas régulièrement des produits hautement toxiques,.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poster un commentaire

porno porno izle türk porno